• Nuit. Brouillard. Ou l'ambiance trop lourde d'une mauvaise soirée ... Quoi de mieux pour détendre l'atmosphère d'un environnement si chargé en reproche et en émotions ? Les plus assidus de ces quelques pages répondront sans doute la musique. Mélodie, paroles, sons ... Je ne sais pas bien ce qui me calme dans un moment pareil, peut-être le fait de ne pas laisser mon cerveau trop réfléchir. Le problème quand on veut se focaliser sur ça, c'est qu'il faut y mettre assez de volume pour couvrir la déferlante d'idées et de pensées qui submerge votre âme à ce moment là. Vite. Pas le temps de réfléchir. Ne pas laisser les pensées emprisonner la volonté. J'attrape les clés de la voiture ... j'allume l'autoradio à bon volume ... sauvé. Les ondes qui me transpercent résonnent dans ma tète et mon corps. Besoin de vide. Encore plus. Ou aller ? Peu importe. Je démarre et file droit devant, sans me soucier d'où la route pourra bien me mener ... Erreur. Apres plusieurs minutes, qui me parurent des heures, j'arrive en foret. En hiver. La nuit. La pluie. Bitume ... si content qu'il n'y en ait pas tant en bord de route ... Si il y a une chose qui me caractérise, c'est le coût relativement nul que j'attribue à ma vie. Cela dit, une bonne dose d'adrénaline et un millimètre de gomme brulé plus loin ... ma raison me pousse a faire quelque chose de plus intelligent que mettre la vie de ma voiture en péril – j'y tiens malgré tout – Sans trop chercher a savoir la raison qui me pousse à faire ca, je me gare sur le coté de la route. J'attrape mon téléphone ... je n'ai qu'une envie au fond de moi, l'appeler. Mais il ne faut pas, je dois me contenir ... c'est difficile, mais j'essaye d'apprendre ; Je ne dois pas être trop gentil. Noir, nuit glaciale. J'avais commis l'erreur de couper le moteur, et donc l'autoradio et le chauffage par la même occasion ... Téléphone. Répertoire. Qui vais-je appeler ? Un numéro ... répondeur. – Que c'est frustrant de tomber sur un répondeur dans un moment pareil ... Le corps vide et la tête pleine, le silence provoquant de la foret, qui hurle les mots les plus sombres du haut de son immensité. Et oui ... comme si ce n'était pas suffisant ... j'ai la phobie de me retrouver seul en pleine foret, d'autant plus une nuit d'hiver, et dans l'incapacité mentale temporaire de conduire. Répertoire. Appel. Répondeur. Frustration. Atroce et trop habituelle cascade d'événement contrariant à la suite ... je fini par décider d'appeler quelqu'un qui a beaucoup compté pour moi, avec qui j'ai passé un long moment ... un gros con sur la fin somme toute, mais qui saura me dire la vérité sans retenue face à ma situation. Un conseil, quelque chose ... Au fil de la conversation, le moral me revenait peu à peu, même âpres qu'on m'ait fait entrevoir la potentialité d'un suicide rénovateur. Paradoxal ... mais quoi de pire que d'aimer quelqu'un, mais ne pas savoir comment lui crier sans le rendre sourd pour autant ... quelqu'un avec qui vous avez fait des projets, quelqu'un avec qui vous aimeriez passer votre vie, quelqu'un qui compte plus que votre propre vie ... quelqu'un avec qui on s'endort au téléphone pendant deux mois, par plaisir de l'illusion de s'endormir à ses cotés. Quelqu'un qui vous reprochera pourtant d'avoir appelé cette personne qui a compté dans le passé, qui a pu vous remonter le moral, bien qu'avec des mots parfois difficiles à entendre. Est-ce que je regrette ? Non, pour une fois j'ai envie d'être un peu égoïste et de dire merde, si je n'avais pas prit sur moi à prendre mon téléphone, personne ne sait ou je serais à l'heure ou j'écris ces lignes. Bien des gens m'ont aidé à des moments difficiles et différents, et je les en remercie. Mais j'espère que dans moins d'une cent-soixantaine d'heures maintenant, je pourrai te serrer dans mes bras ...


    4 commentaires
  • Voila, la nouvelle vient de tomber. Ma petite voiture, qui avait « légèrement » heurté un trottoir il y a de cela une semaine ou deux a subi les analyses du garagiste.
    Le bilan est sans appel : Il y aura 1200 Euros de réparations à faire si je veux la récupérer.

    Etrangement, je n'ai pas tellement envie d'en écrire plus pour le moment ... Je vais prendre le bus, moi.

    4 commentaires
  • Ou. Qui. Pourquoi ? Jamais ? Toujours ...
    Encore cette sensation que tout va mal et que rien n'est contrôlable ... D'autant plus quand il ne s'agit pas de soi même ; Enfin, pas totalement ...
    Depuis quand ? Je sais même pas. Par où commencer ?

    Mardi, ce 16 Mai, l'anniversaire de ma mère. Bonne soirée en globalité, (si on oublie la présence des parents de mon beau-père, bien évidemment). On a bien mangé, ma mère était contente ... On avait même fait quelque chose d'exceptionnel le dimanche précèdent : Sortir tous ensemble en famille, au cinéma et au restaurant ! Vous imaginez ? Enfin ... oui ... sûrement, c'est une situation plutôt habituelle chez la plupart des gens parait-il. Quoi de mieux pour remplir de joie ma mère pour son cinquante-deuxième anniversaire, hein ?

    Le lendemain, ~17h, téléphone. [Portable D] Tient, mon beau-père ... je décroche.
    « Salut ... Bon, j'ai un truc a te demander »
    Tient, ça commence mal ça ... En général, ça annonce toujours de la merde, ce genre de début de phrase.
    « Ta mère est tombé tout à l'heure, il faudra aller chercher sa voiture à Paris, moi je file à l'hôpital »
    Putain ... Ca faisait longtemps, tient. Ca, pour un lendemain d'anniversaire, c'était rêvé ! Merde ... J'espère que c'est pas grave ...
    J'irai donc récupérer sa voiture. Retour à la maison, résultat des courses ... Une cheville en moins, et un genoux « traumatisé », a dit le médecin. (Génial ça, on peut traumatiser une cheville ... vous étiez au courant ? Pas moi en tout cas). En gros, interdiction de poser une jambe à terre, et fauteuil roulant pour trois semaines minimum, génial ...

    Lendemain matin, cours. A 8h du matin, comme d'habitude ... Vive la fac. Je m'apprête a partir.
    « Briiiice ! »
    Hum. (Oui c'est moi, Brice, hein)
    « Bonne journée ! Moi je vais aller faire des papiers en bas et faire un aller retour au trav... »
    « Hey, t'es en fauteuil roulant je te rappelle ... Bon ... Je vais pas en cours, je reste là »
    Vous l'auriez laissé descendre les escalier a plat ventre sur la rampe, vous ? Elle aurait été capable d'essayer ...
    Reste de la journée sympathique, j'ai couru un peu partout ... Pharmacie, Poste, Maison, Poste, Pharmacie ... Pour finir en allant chercher ma sœur au lycée qui n'avait plus de bus, me racontant sur le chemin du retour qu'elle s'était fièrement battue avec l'équipe de foot adverse en sport. C'est pas possible ...
    Retour enfin à la maison, ma mère roulait un peu partout dans la maison avec sa nouvelle acquisition ... Même en fauteuil, impossible de tenir en place.
    « Je viens d'avoir ta marraine au téléphone ... Annick vient de décéder ... »
    La sœur de ma marraine ... Manquait plus que ça ... Acharnement du sort ? Mais non voyons, jamais, surtout ici hein ...

    Il aura fallu attendre vendredi pour savoir que mon frère viendrait à l'anniversaire de ma mère qu'on re-fêtait le lendemain. Seul, bien entendu, s'étant récemment engueulé avec sa copine. (Depuis deux semaines, hein. On fait pas les choses a moitié, vous aurez remarqué).
    Quand on sait le cadeau d'anniversaire qui est réservé à ma mère ...Aie, je préfère même pas y penser pour le moment.

    [Bip!] Tient, voila qu'on m'appelle sur IRC ... C'était un joueur de mon association de jeu sur internet. (Oui tient, j'ai jamais parlé de ça non plus ... Ca pourrait être drôle ...)
    « Sp4M, je voulais juste te montrer quelque chose ... »
    (Oui, Sp4M c'est moi aussi, vous l'aurez compris ?)
    Le joueur en question me montre une capture d'écran du jeu plutôt ... désagréable.
    Bref ... En fait j'ai pas envie de parler de ça ... La famille y met déjà largement du sien (bien malgré elle). Je n'ai même pas parlé de 50% de ce qui me préoccupe et cet article est déjà bien trop long. Pfff ... j'en peux plus, trop de choses à la fois ...

    Help.

    Bon anniversaire quand même, Maman.


    2 commentaires
  • 15h. Je suis dans le TGV, de retour de Manosque ou je viens de passer une semaine... On doit être vers Avignon si je ne me trompe pas, et je tue le temps en harcelant ma liste de contacts téléphonique minute après minute. Vous avez déjà essayé de téléphoner dans le TGV au milieu du massif central ? Ben c’est chiant, ça n’arrête pas de couper. Je fais mon changement de train à Lyon, pour finalement arriver à Paris GDL (Gare de Lyon) à 18h. Je dois voir Alex à 21h30, ce qui me donne une grande marge pour … heh … ben ça me laisse une grande marge. J’avais donc durant le voyage demandé a Yaug (Non, c’est pas son vrai prénom) si ça lui disais de sortir en soirée, et pourquoi pas manger ensemble. Yaug arrivera comme à son habitude avec une heure et quelque de retard, ce qui me laissera le temps de déposer mon sac de voyage à la consigne et de trouver des toilettes (ce n’est pas si facile que ça y parait). Yaugy passe regarder pour moi les horaires du dernier RER, qui est affiché un peu après 2h du matin. Ayant été en boite jusqu'à 5h du matin les deux jours précédents, inutile de préciser qu’il y avait quelques courbatures qui traînaient … Mais tant pis, on devait trouver un resto ouvert un dimanche de veille de paques, donc : on marche. Apres avoir passé très largement en revue tout les sujets imaginables sur Amtenaël, on finit par trouver une pizzeria ouverte, qu’on s’empressera d’investir.

    Arrive 21h, je me hâte pour me rendre à l’endroit où je devais retrouver Alex, tout content de pouvoir enfin le voir après ces longues années à discuter sur le net et au téléphone.

    Je préfère ne pas résumer ce qui s’est passé ensuite, les intéressés le savent, et j’ai vraiment pas envie d’y penser pour le moment pour les raisons … qui existent.

    Heure : ? Je ne me sens pas bien. Sûrement que l’alcool que je viens d’absorber n’arrange rien (manque d’habitude j’imagine) et je décide de repartir plus tôt que prévu. La, ça va réellement pas bien. Du tout. Ca deviendrait presque une habitude, mais la c’était pire, sûrement une accumulation de ces derniers temps, allez savoir …

    L’esprit vraiment ailleurs, je me perd plusieurs fois dans le métro pour finalement arriver gare de Lyon, direction la consigne. ARGH. Stupéfiante découverte : Les consignes sont fermées la nuit … Quelle merde. Par détresse ou pure sensation de perte totale, j’appelle Mathieu … qui tentera de me convaincre de redescendre une semaine dans le sud, car ça allait présentement encore moins bien qu’une semaine auparavant. Alcool et/ou déprime - allez savoir – j’étais sur le point d’accepter et de remonter dans le TGV en sens inverse … en oubliant juste qu’il n’y en avait plus à cette heure tardive (Heureusement, quand j’y repense … sinon je l’aurais vraiment fait). Pas le choix donc … Direction le RER pour rentrer à la maison. Bon, je dois vraiment pas être un expert en orientation … Je tombe sur des grilles un peu partout. Très vite, je finit par me rendre compte de quelque chose d’amusant (le terme est choisit) … Je suis coincé dans cette putain de gare, erf ! NON ! Yaug s’était trompé dans les horaires de RER, et il n’y en avait déjà plus qui circulaient …

    Même les portes d’entrée de la gare étaient fermées à double tour … là, j’étais vraiment mal (de pire en pire, je vous jure, un acharnement total du destin). Un agent de la sécurité finira par croiser mon chemin et m’ouvrira les portes de sortie …

    Encore un détail ennuyeux : Je suis enfin dehors, mais du coup il fait putain de froid. Toujours au téléphone, je commençais à me demander ce que j’allais bien pouvoir faire maintenant … Appeler chez moi ? Pas à cette heure la … Quand quelque chose d’effroyable se produit juste à ce moment … Plus de batterie sur le portable. NON !

    Bon … un pas de plus vers le grand n’importe quoi … Je m’arrête donc à une brasserie demander ou je pouvais trouver un cybercafé dans le coin pour essayer de prévenir quelqu’un, et un jeune m’indique celui de Sébastopol, soi-disant ouvert 24h/24. Ceci dit, c’etait pas juste à coté, il me conseilla donc de prendre un taxi. Vous avez remarqué que c’est toujours quand on cherche ce genre de chose qu’on n’en trouve pas ? Ben moi, oui. Une fois trouvé, il facture un minimum de 5,50€ ces enculés ! Enfin tant qu’a y être hein … Me voila donc en marche vers le cybercafé en question que j’aperçois au loin. Mais … heu … mais … NON ! Un cybercafé ouvert un dimanche veille de paque, vous avez déjà vu ça ? Et ben non, c’était fermé.

    Etat moral : -50

    Errant désespérément près de la cabine d’information des bus en pensant à la plus rapide façon de me suicider efficacement (lol.), c’est la qu’une fille m’accoste, me demandant une cigarette. J’ai une tête à fumer moi ? Non. Enfin au point ou j’en étais … On commence du coup à discuter, et j’apprend que c’est la nièce (ou quelque chose comme ça) du type du point info des bus. Première bonne nouvelle de la soirée, un bus se rendait chez moi ! Le temps de trouver le numéro du bus et … ah. Trop tard. Le bus venait tout juste de passer sous nos yeux. – Extrême moment de respiration profonde –

    On décida donc d’un commun accord de passer le temps du mieux possible en se promenant dans paris … jusqu'à l’heure des premiers RER. C’était stupéfiant, son répertoire téléphonique ressemblait plus à un répertoire des bons coups du coin (des militaires aux flics en passant par les pompiers). Enfin, cette fille était quand même vraiment gentille. Apres une somptueuse visite guidée de Clichy – Mouarf – et de divers noctambus dont elle connaissait tout les chauffeurs (en passant par la case « Draguer un militaire dans la rue en lui demandant un plan cul »), je me redirigeais vers le métro pour enfin repartir … J’ai eu la présence d’esprit de ne PAS compter les kilomètres parcourus durant cette journée …

    Etat physique : -50

    Là il est … arf je sais même pas, mon portable n’a plus de batterie ... vous n’aurez qu’a regarder l’heure de publication de l’article sur le blog … A qui ce genre de merdes cascadées peuvent-elles bien arriver d’autre ? Je me demande. PLUS JAMAIS A PARIS, PUTAIN !

    Encore une journée catastrophique en tout points, qui rajoute un peu à mon état de déprime déjà fortement élevé en ce moment … y’a des jours comme ça, ou on aurait presque préféré que le TGV déraille sur cette putain de voie ferré …Bordel.


    5 commentaires
  •  

    J'avais besoin de vacances, de changer un peu d'air, de me vider un peu l'esprit de certaines choses desquelles je ne savais pas quoi penser. C'est suite à cela que Mathieu m'a aimablement proposer d'aller passer quelques jours chez lui dans le sud, à Manosque. La decision a vite été prise, et deux jours plus tard j'etais dans le TGV - Je suis assez comme ca, partir au dernier moment, sans prevoir, c'est plus amusant - Finalement j'y suis parti pour une semaine complete.

    Ce soir, on rentre de boite. Il est 6h30 au moment ou j'ecris, mais nous sommes rentrés vers les 5h30, environ. Nous sommes en fait allé passer la nuit dans une boite locale dont j'ai oublié le nom, pour feter ce vendredi soir hebdomadaire entre amis/potes/connaissances. On a du arriver tout les huit aux alentour de minuit, je ne me souviens plus tres bien .. Les huit ? Hum, et bien Mat, Kevin T, Kevin R, Cedric, Julie, Andréa, Géraldine et moi même. Très bonne soirée dans l'ensemble je dois dire, on avait prit une bouteille, et donc on avait une table reservée dans un coin, ce qui nous permettait de .. ben d'y aller quand on voulait, je vais pas vous faire un dessin, vous etes tous deja allés en boite au moins une fois non ? Bien. Seul truc enervant, c'est qu'ils nous viraient du podium toutes les 10minutes pour exhiber deux créatures feminines clonées directement de barbie ou ses dérivés. J'aurai quand même appris un truc au minimum cette nuit là: La vodka c'est pas très bon, et ca me fait pas vraiment d'effet, de toute facon.

    Je vais pas trop m'attarder sur les details parce que ... en fait parce que je m'en rapelle plus tellement ... mais les quelques dizaines de photos qu'on a prises devraient rememorer tout ca d'ici un jour ou deux ... j'en mettrai peut-etre même une ou deux, aller.

    Je ne sais meme pas si il passeront ici un jour (même si ça me ferait plaisir), mais j'en profite pour enormement remercier mat pour cette soirée et surtout de m'heberger chez lui pour ces vacances dont j'avais bien besoin - Merci Mat - ainsi que Kevin pour ... arf ... pas de commentaires ... merci sincerement pour tout Kikou j'oublierai pas crois moi ... et enfin ma JDM Djeday (Julie) pour son reconfort face à certaines choses qu'effectivement, on ne peut pas oublier :(

    (et à mon p'tit frere Alex sans qui j'aurai meme pas connu tout ces gens sympathiques .. gros bisous à toi)

    Au final, je sais pas si je me sens mieux apres ces vacances ... je sais vraiment pas du tout. Mais en tout cas, j'ai l'esprit rempli de souvenirs et de nouvelles têtes... Bisous à vous tous et spécialament à vous quatre.

    Sp4M, heureux et triste à la fois.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique